compte rendu du raid 2017 par Sébastien peléRetour

Le 2017-05-10 12:15:50, vue 559 fois

vainqueur du raid....tout en humilité

Ce week-end du 7 mai a eu lieu le raid des Terres noires, un évènement particulier dans le monde du vtt en France. Attendu de tous depuis 2 ans, cette épreuve est un mélange de vtt xc marathon, ultra vtt et de vraies descentes enduro. Et pour dire : 80 km au programme et 3800 dénivelé positif. La plupart des concurrents arrivent le samedi ; ils sont un peu anxieux au vu de la météo du jour : de la pluie et encore de la pluie !! Heureusement qu'elle annonce un beau soleil pour le jour j et que le terrain et très absorbant. Allez, une bonne nuit et en avant pour le départ qui sera donné à 8h. Un bon petit briefing pour nous mettre dans le bain de ce qui nous attend, et premier départ pour les VAE 5 minutes avant toute la troupe des 450 concurrents venus défier cette belle et dure montagne. Voilà, c'est parti droit dans la pente pour un premier col qui est rendu un peu plus compliqué que les années précédentes à cause de la pluie de la veille. Ça monte ça monte jusqu'à pousser le bike. Arrivé en haut avec le dessous des chaussures qui collent bien, on réenclenche les pédales tant bien que mal et nous voilà partis dans une descente toute en lacets, passages dans des sous-bois superbes pour arriver en bas ou l'on traverse plusieurs fois le petit ruisseau pour rejoindre le premier ravito. Arrêt au stand pour faire le plein et on enchaîne dans le deuxième col qu'est-ce qu'il va être long ! Première partie roulante pour rejoindre un single toute en lacets qui finira par un vrai portage nous obligeant à mettre le vélo sur le dos pour escalader ces gros et beaux rochers. La descente qui suit se fera dans un single plus ludique et moins long ce qui nous amène sur le prochain col. Une piste qui nous permet de pouvoir monter avec un peu plus de vitesse "un bien grand mot " !

Sur la fin, nous finissons dans un sentier étroit pour préparer la descente qui suit. Avec quelques passages en balcon. On jette un petit coup d'œil sur ces beaux paysages qui nous entourent. Arrivé au 2ème ravito, plein d'eau refait, nous voilà dans ce décor de rêve que tout le monde attend. Poser nos roues sur ces fameuses terres noires faites de multitudes de montées et descentes et avec sur les crêtes le vide de chaque côté (pas le droit d'avoir le vertige) ! Un moment magique avec de superbes panoramas. Passé le 3ème ravito dans un petit village (Draix), nous remontons un petit moment et nous revoilà sur ces fameuses « nouvelles crêtes » (depuis 2015). Nous descendons sur des passerelles en bois faites maison par les organismes pour rejoindre la vallée. Un vrai travail de titan. Nous voilà arrivé au 4ème ravito pour enchaîner une montée sur route suivi d'un large chemin qui nous ramène sur une belle descente avec des passages bien raides où il ne faut pas se louper. Arrivé en bas, une partie de route plate. Allez.... 34x10 et me voilà lancer à 35km/heure pour rejoindre l'avant dernière montée, pas très longue mais avec de beaux passages, bien ludiques. La descente qui suit se fera sur de l’ardoise à nu, avec de multiples petites marchés où il ne faudra pas perdre de vitesse pour bien tout enchaîner et ne pas aller à la faute. Arrivé au 5ème et dernier ravito, j'en fait l'impasse car il me reste des provisions pour attaquer ce final.

Dernier col, première partie sur un chemin large où l'on peut prendre notre rythme de croisière (il paraît que le haut est plus dur).. Nous basculons sur la droite dans un petit single descendant légèrement pour vite remonter dans cette fameuse montée en lacets "que les virages sont durs!!". Ça monte, ça monte, la fatigue est bien là, vivement le haut car les virages se suivent et on n'en voit pas le bout. Ouf ! Voilà du monde, c'est le haut du col, plus qu'à basculer dans la descente pour rejoindre l'arrivée. C'est parti ! Un single nous emmène dans un goulet formé par l'eau qui nous offre des virages relevés " quel plaisir !". La fin approche. Ne rien casser, ne pas crever pour ne pas provoquer d'encombrement. Concentration au maximum pour finir la descente. Encore 500 mètres et c'est l'arrivée ! Quelle émotion d'être arrivé au bout de cette course folle !! Dur dur. Mais quelle satisfaction! A la fois sportif pour ce grand défi, magique pour ces superbes endroits certes vertigineux mais quels beaux paysages ! Une belle région à venir redécouvrir.

 

Sébastien